miércoles, 11 de junio de 2008

Vacío existencial.

Quand la léthargie de l'hiver arrive à sa fin
et le printemps oisif commence à surgir
quelque chose déplace mon âme tremblante et vagabonde,
je vomis des cauchemars ancestraux,
les vieux désirs oubliés qui agrandissent ce vide existentiel.
Publicar un comentario